haut de page

La technique de G. F. ZARBULA

Quand on évoque les cadrans de Zarbula, on est surpris par la précision inférieure à cinq minutes, par le tracé exact des lignes horaires et la fixation du style à un degré près. Comment faisait-il pour arriver à ces résultats, du haut de son échelle avec les outils de son époque ? Autant de questions que se posent les gnomonistes d'aujourd'hui.


Extraits : "La Gnomonique pratique ou l’Art de tracer les cadrans solaires avec la plus grande précision" de Bedos de Celles - 1760

Paul Gagnaire, Alain Ferreira et Michel Ugon (membres de la Commission des Cadrans Solaires de la Société Astronomique de France) tentent de percer le mystère Zarbula. Pour cela, il s'appuie sur l'examen minutieux des cadrans originaux, non restaurés ou de photographies anciennes, où subsistent les tracés originaux. Sur la centaine de cadrans de Zarbula, il reste moins d'une trentaine de cadrans originaux dont une dizaine avec tracés visibles : lignes, cercles et arcs, pointes de compas.


Arvieux - Les Escoyères

Saint Véran - Le Raux

Briançon - Saint Blaise

La restauration des cadrans, fait malheureusement disparaître les tracés, c'est-à-dire la mémoire du cadran. D'où l'intérêt porté aux cadrans originaux, même s'ils ont souffert des dégradations du temps.

Pour en savoir plus :

    Consulter les études et les essais publiés dans "Cadran-Info" (nos 1, 12, 14, 15 et 17). De nombreuses lignes ont déjà été consacrées à Giovanni Francesco Zarbula qui continue de nous réserver des surprises...

  • " L’équerre et l’oiseau ou L’art et la manière de Zarbula - technique du cadranier Zarbula " (P. Gagnaire).
  • " Les cadrans solaires de Giovanni Francesco Zarbula" ( A.Ferreira).
  • "Du nouveau sur Zarbula" (M. Ugon)