haut de page
 MAISONS CÉLESTES

Les maisons célestes complètent le zodiaque pour l'établissement de l'horoscope. L'astrologie utilise depuis l'antiquité deux notions pour représenter et interpréter un ciel :
- le zodiaque, basé sur la division de l'écliptique en 12 "signes" de 30 degrés ;
- les maisons célestes, basées sur la division de en 12 "maisons".
La domification consiste à diviser la sphère céleste en 12 régions appelées chacune "maisons". Plusieurs systèmes de domification ont été proposés au cours du temps par les astrologues.


Tracé selon Regiomontanus (1436-1476)

Sur ce schéma, le méridien est représenté par le cercle AFCE, l'horizon par la ligne AGC, l'équateur par FGE.
Regiomontanus découpe FGE (équateur) en six parties égales. Pour obtenir les douze maisons, il partage en trois chacun des quatre quartiers. (1)

Tracé selon Oronce Fine (1494-1555)

Sur ce schéma, le méridien est représenté par le cercle ABCD, l'horizon par la ligne AGC, le cercle dit principal par la ligne BGD et l'équateur par FGE.
Oronce Fine propose de découper BGD (cercle principal) en six parties égales. Pour obtenir les douze maisons, on partage en trois chacun des quatre quartiers. (1)


Stöffler pour tracer un tympan d'astrolabe figurant les douze maisons astrologiques, partage l'équateur en douze parts égales. (voir ci-après la description du tympan de l'astrolabe de la cathédrale Saint-Jean de Lyon) (1)


Les arcs diurnes représentent un moyen d'élaboration d'un système de maisons célestes. Les arcs diurnes sont ces demi-cercles qui sont décrits par un corps céleste se déplaçant au-dessus de l'horizon, partant de son point ascendant situé à l'Est jusqu'à son point descendant situé à l'Ouest. Chaque point dans le ciel décrit cet arc diurne. L'arc résultant du mouvement du point descendant au point ascendant suivant s'appelle l'arc nocturne. Si l'on joint ces deux arcs, ils forment alors un cercle complet.
Placidus a utilisé ces arcs pour élaborer son système de maisons. Il précise qu'un point particulier sur l'écliptique qui a couvert la moitié de la distance au-dessus de l'horizon a atteint la culmination supérieure, qui se trouve, astrologiquement parlant, exactement au Milieu du Ciel.
Ce point sur l'écliptique correspond au Milieu du Ciel comme l'un des quatre points cardinaux. Le point sur l'écliptique qui commence son arc diurne à l'Est, correspond à l'Ascendant. Afin de définir les maisons intermédiaires, il a conclu que le point qui a couvert un sixième de son parcours journalier d'Est en Ouest, correspond à la cuspide "La cuspide est la pointe, le commencement d’une maison, ou secteur." de la douzième maison, et le point sur l'écliptique qui a couvert deux sixièmes indique la cuspide de la onzième maison, et ainsi de suite... (2)


Représentation des maisons célestes sur tympans d'astrolabe ou cadrans solaires

Tympan de l'astrolabe de la cathédrale Saint-Jean de Lyon (69)

Du point 90°, à l'intersection de l'horizon et du méridien, donc depuis le Sud, rayonnent douze arcs de cercle rouges, numérotés de 1 à 12, en chiffres arabes rouges et en sens anti-horloge. Les arcs 1 et 7 sont confondus avec l'horizon. (Sur l'image les arcs 3 et 9 sont surlignés en rouge vif).
Ces arcs de cercle forment les frontières, ou cuspides, des maisons astrologiques, purement locales, ici, dans le système de domification attribué à Campanus de Novare"Campanus : géomètre italien, vécut à Novare au XIIIè siècle. Sa traduction d'Euclide, sur le texte arabe, est la première reçue en Europe. Venise imprima ses commentaires en 1482. On lui attribue un système de domification, toujours en faveur chez les astrologues, bien qu'il subisse, de nos jours, la concurrence d'une vingtaine de systèmes rivaux. " (XIIIème siècle).
La sphère céleste locale est découpée, en 12 secteurs sphériques égaux de 30° chacun. Les pôles se placent sur un axe horizontal Nord-Sud. Les maisons 1 à 7 sont sous l'horizon ; les maisons 8 à 12 sont au dessus de l'horizon.
L'ascendant (horizon oriental) se place sur la cuspide de la maison n° 1 et le descendant sur la cuspide de la maison n° 7.
Fond du ciel et Milieu du ciel se trouvent respectivement sur les cuspides des maisons n° 4 et n° 10.
La présence du Soleil, de la Lune ou des planètes dans telle ou telle maison est prise en considération par les astrologues. Mais sur cet astrolabe, ni la Lune ni les planètes ne figurent parmi les corps en mouvement dans des systèmes de coordonnées.
Le consultant ne peut que mesurer leur hauteur, par visée à travers l'alidade à pinnules, ce qui ne suffit pas pour localiser l'astre parmi les maisons astrologiques ou les échelles de déclinaison ou les partitions horaires. [© Paul Gagnaire (3)]

Cadran catoptrique du Lycée Stendhal de Grenoble (38)

Sur ce cadran réalisé par le Père Bonfa ® en 1673, sont tracées les maisons célestes ("DOMVS COELESTIS").
Sur ce cadran, l'entrée dans une maison céleste est marquée par une ligne horizontale noire. Le ciel est partagé en douze "maisons", six au-dessus de l'horizon (VII, VIII, IX, X, XI, XII) et six en-dessous (I, II, III, IV, V, VI).


Bibliographie

(1) Les instruments de l'astronomie ancienne de l'Antiquité à la Renaissance - Philippe Dutarte - Vuibert - 2006
(2) Bases Astronomiques des Maisons Astrologiques de Christopher A. Weidner
(3) Horloges astronomiques au tournant du XVIIIe siècle : de l’à-peu-près à la précision - Thèse Charles-Henri EYRAUD - 2004