haut de page
Saint-Mars-sous-Ballon (72)
Saint-Mars-sous-Ballon (72)

Heures babyloniques : "Horae ab ortu"
Heures italiques :
"Horae ab occasu"


Heures babyloniques : Les Chaldéens, les Egyptiens, les Perses, les Syriens et les Grecs comptaient les heures à partir du lever du soleil. On parle d'heures babyloniques. "Horae ab ortu" heures depuis le lever du soleil.
Les heures babyloniques sont aussi appelées heures bohémiennes. Ce décompte horaire a été introduit en Hongrie et Bohême en 1360 par l'Empereur d'Allemagne Charles IV (1316-1378). Elles ont été en usage jusque vers 1650.
Les heures turques, utilisées dans les tables et sur les cadrans solaires ottomans, sont dérivées des heures babyloniques en comptant 12 au Lever du Soleil.
Heures italiques : Les Chinois, les Hébreux, les Romains comptaient les heures à partir du dernier coucher de soleil. Ce sont les heures italiques. "Horae ab occasu" heures depuis le coucher du soleil. Celles-ci sont restées en usage en Italie jusqu'au XVIIIe. Les heures italiques peuvent être notées et comptées "à rebours", soit de 24 à 1. Elles indiquent alors combien d'heures vont s'écouler jusqu'au coucher du Soleil.
Certains cadrans portent les lignes des heures babyloniques et italiques.
Il ne faut pas confondre heures italiques et heures italiennes.
doigt Expression :"Porter le chapeau sur le 23"

Heures Babyloniques et italiques Heures Babyloniques et italiques Heures Babyloniques et italiques
Sur ces trois schémas, on peut voir l'évolution des heures babyloniques et italiques en fonction des saisons.
Sur la couronne intérieure, numérotées en noir, on trouve les heures italiques.
Sur la couronne intermédiaire, se trouvent les heures babyloniques numérotées en rouge
Sur la couronne extérieure, sont numérotées en vert les heures solaires (locales).

*Tolentino (MC) : Corso Giuseppe Garibaldi A partir des années 1600, a été largement répandue l'utilisation des horloges à six heures dans l'Etat pontifical, dans la région du Latium, étendue dans d'autres régions de l'Italie centrale. Ces horloges aussi dénommées "horloges à la romaine" indiquent les heures italiques.

Balboutet (Val Chisone - Piémont - Italie)
Balboutet (Italie)
Strasbourg (67)
Strasbourg (67) : Cathédrale

On remarque que l'équinoxiale passe par les points d'intersection des lignes italiques et babyloniques.
La durée du jour est donnée par le complément à 24 de la différence entre l'heure italique et l'heure babylonique.
On peut retrouver ces considérations sur le cadran ci-dessous, réalisé par Yves Opizzo au Deutches Museum de Munich (DE)

*
Munich : Deutches Museum - Y. Opizzo

Sur ce cadran, ont été prises en compte les heures italiques "à rebours". Elles comptent le temps qu'il reste avant le prochain coucher de soleil.
Les heures italiques normales ont été renumérotées en rouge sur la photo.


photo prise le 16/04/2011 à 11 h 39
lecture approximative sur le cadran :

heure babylonique : ~ 5 h 15
heure italique "à rebours" : ~ 8 h 20
heure italique "normale" : ~ 15 h 40 ( 24 h - 8h 20)
durée du jour : ~ 13 h 35 ( 24 h - 15 h 40 + 5 h 15)


Pour Munich, le 16/04/2011 :

lever du soleil : 6 h 25
coucher du soleil : 20 h 04
durée du jour : 13 h 39


Heures italiennes

Les heures italiennes sont décalées d'une demi-heure par rapport aux heures italiques. ce décalage correspond au "temps de récitation" de l'Ave Maria ou Angélus du soir. [Compléments]
 A partir du XVIe siècle pour tenir compte du crépuscule on adopte une demi-heure de décalage, on compte 23 h 30 pour 24 h.  Pour désigner qu’il s’agit de cette heure italienne, on représente quelquefois une cloche décalée par rapport à la ligne de 24 h de –30 min (Ave Maria). Elle se retrouve décalée par rapport à 18 h (qui correspond au midi vrai).
À Bologne, en 1796, l'occupation française impose l'heure "à la française". Le Piémont, annexé par la France en 1802, remplacera les heures "italiques" par les heures "à la française".  Sur certains cadrans de cette époque, on peut encore lire l’inscription : "hora francese".