haut de page
Cadran canonial : un marqueur d'évènements *
* Eglise Saint-Hyppolyte - Vivoin (72)
cadran canonial à 12 secteurs

Le temps, enjeu de pouvoir ...

En Europe, les moines, soucieux d'organiser et d'imposer le temps consacré à la prière, fixent le rythme des offices religieux. Ainsi apparaît le cadran canonial sur les façades des églises au VIIIème siècle après J.-C. Il était formé d'un cercle ou plus souvent d'un demi-cercle divisé en six, huit ou douze secteurs égaux, et ne comportait pas d'indications chiffrées. Au centre du cadran, une tige horizontale projetait une ombre servant à indiquer les moments de prière.
La précision horaire de ce cadran est inexistante puisque le style est horizontal et perpendiculaire à la paroi de l'édifice sur lequel il est fixé. Sur le plan gnomonique, le cadran canonial est très archaique par rapport au scaphée grec. Mais à cette époque, toute information même fausse, si elle est admise par tout le monde, devient juste.
Le seul rôle de ce cadran était d'indiquer les heures des prières; c'est pour cette raison qu'il orne les parois des églises, abbayes et monastères.
C'est vers 700, sous l'influence de Bède le Vénérable (né en Angleterre en 632), que se généralise l'emploi de ce type de cadran.
Les heures indiquées sont appelées "heures inégales" car dans une même journée les intervalles de temps correspondant ne sont pas égaux.
On les appella alors canoniaux parce qu'ils servaient à marquer les heures canoniales (suivant les congrégations religieuses, le nombre de graduations est variable).

*
Cathédrale de Strasbourg (67)
L'adolescent au cadran solaire ~ 1240
Le cadran a l'aspect d'un demi-cercle, sept lignes horaires rayonnent de la base du style planté perpendiculairement à la table du cadran

Règle monastique de Saint-Benoit de Nursie (480-547)

Saint-Benoit, né en 490 à Nursie en Italie centrale, s'établit en 534 au mont Cassin (entre Rome et Naples) et fonde un monastère dans lequel il rédigera sa célèbre "règle monastique de Saint-Benoit" . Cette règle décrit la vie spirituelle et matérielle des moines ainsi que l'organisation du monastère.
Les différents offices basés sur la Règle de Saint-Benoit : huit heures canoniques (canoniales), séparées par des intervalles de sommeil, de lecture et de travail, sont réservées pour les offices du culte. Le jour commence à minuit, avec le service des Matines, suivi par le chant des Laudes et à l'aurore l'office de Prime. Dans la matinée viennent l'office de Tierce à 9 heures et l'office de Sexte à midi. Dans l'après-midi, on trouve l'office de None vers 15 heures, les Vêpres vers 18 heures et enfin les Complies vers 19 heures.

* *

D'autres règles ont été énoncées par d'autres ordres monastiques. Ci-dessous, on trouve les heures des offices en vigueur à la Chartreuse de Durbon (à St-Julien-de-Beauchêne dans les Hautes-Alpes)
* *
*