haut de page
LES CADRANS SOLAIRES

À TRAVERS LA LITTÉRATURE
XIXème siècle - 2
Pages : 1 - 2

Sélection d'un
auteur et d'une oeuvre

P Loti

Pierre LOTI (1850 - 1923)
"Aziyadé"
Aziyadé est le premier roman de Pierre Loti publié anonymement en 1879.

Au chapitre XX, on trouve :
"Dans trois heures, il faudra partir, quand la Grande Ourse se sera renversée dans le ciel immense. Nous suivons chaque nuit son mouvement régulier, elle est l'aiguille du cadran qui compte nos heures d'ivresse"

Robert Louis STEVENSON (1850 - 1894)
"La flèche noire" (1888)

??? le cœur dans la poitrine, descendait au milieu des épines. Ici et là, se trouvaient des signes de culture récente, à travers les buissons poussaient des arbres fruitiers et des légumes, sur l'herbe on voyait des morceaux de ce qui était un cadran solaire. Il semblait marcher sur ce qui avait été un verger. Il fit quelques pas et vint vers les ruines de la maison. Cela doit avoir été, en son temps, une belle maison solide.


Octave UZANNE (1851-1931)
Le bric à brac de l'amour (1879)

Louis Octave Uzanne est un homme de lettres, bibliophile, éditeur et journaliste français.
Il fut l'un des témoins de Jean Lorrain lors de son duel, à Meudon, avec Marcel Proust le 6 février 1897.

" En voyage, a dit je ne sais quel philosophe, les maîtresses sont comme l'ombre du cadran solaire, elles s'évanouissent avec le soleil. "

Source (page 47)

*

A. Allais Alphonse ALLAIS (1854 - 1905)

"Tous ceux qui se sont présentés au baccalauréat dans l’ancienne
Sorbonne se rappellent des heures passées dans la vieille cour, tandis
qu’on attendait de voir apparaître la liste des admissibles ; on vaquait
de long en large, anxieux et distrait... Et l’œil s’arrêtait sur un grand et
vénérable cadran solaire."
*
La Sorbonne (Paris 05) : 12 rue de la Sorbonne - Cour d'Honneur
[inv. SAF : 7500509-1]
*

Oscar WILDE (1854 - 1900)
"Le rossignol et la rose"(1888)
Source

"Donnez-moi une rose rouge", s'écria-t-il, "et je vous chanterai mes plus douces chansons."
Mais le Rosier secoua la tête.
"Mes roses sont blanches", répondit-il, " blanches comme l'écume de la mer et plus blanches que la neige dans la montagne. Mais allez trouver mon frère qui croît autour du vieux cadran solaire, et peut-être vous donnera-t-il ce que vous demandez".
Et alors le Rossignol vola vers le Rosier qui croissait autour du vieux cadran solaire.

Sur le livre audio, la citation commence à 3 min 40 s

Infos sur le livre audio

Oscar WILDE (1851-1900)
" La maison de la courtisane " (1919)
Sen Artisty ou Le rêve de l'artiste
Source

"Le bel oiseau chantait faux pour moi, et les charmantes fleurs me faisaient l’effet d’un défilé de gens travestis, car, ainsi que le serpent de la fable se pique de son aiguillon pour se faire souffrir, aussi je gisais, me torturant moi-même. Le jour s’avançait inaperçu sur le cadran solaire, jusqu’à ce qu’enfin le soleil se plongea, drapé de pourpre dans les splendeurs de l’est. Alors du coeur ardent de ce grand orbe, sortit une créature en qui la beauté des formes effaçait par son éclat la plus brillante vision de cette terre triviale."

*

Arthur Conan DOYLE (1859 - 1930)
"Les cinq pépins d'orange" (1891)


– C’est bien cela ! s’écria-t-il. Voilà les lettres ! Mais qu’y a-t- il d’écrit au-dessus ?
Je lus en regardant par-dessus son épaule. Il y avait : « Mettez les papiers sur le cadran solaire ».
– Quels papiers ? Quel cadran solaire ? demanda-t-il.
– Le cadran solaire du jardin. Il n’y en a pas d’autre, dis-je. Mais les papiers doivent être ceux qui ont été détruits.

Source (p. 12)

Arthur Conan DOYLE (1859-1930)
Les recrues de Monmouth (1910)
Source


"C'était en ce temps-là, en 1664, que je naquis, à Havant, village prospère, situé à quelques milles de Portsmouth, à peu de distance de la grande route de Londres, et ce fut là que je passai la plus grande partie de ma jeunesse.
Havant est aujourd'hui, comme il était alors, un village agréable et sain, avec ses cent et quelques cottages de briques dispersée de façon à former une seule rue irrégulière.
Chacun d’eux était précédé de son jardinet et avait parfois sur le derrière un ou deux arbres fruitiers.
Au milieu du village s'élevait la vieille église au clocher carré, avec son cadran solaire pareil à une ride sur sa façade grise et salie par le temps. "
*

Arthur Conan DOYLE (1859-1930)
Nouveaux mystères et aventures (1910)
Source


"Je n'avais pas vingt pas sur le gravier du jardin, que je vis le couple dont nous venions de parler.
Ils étaient à quelque distance, elle adossée au cadran solaire, lui debout devant elle.
Il lui parlait vivement, et parfois avec des gestes brusques."
*

Rainer Maria RILKE (1875-1926)
"Jour d’automne"

Seigneur il est maintenant temps.
L’été fut très grand.
Repose ton ombre sur les cadrans solaires
et détache les vents sur les plaines.
Ordonne aux derniers fruits d’être pleins,
accorde-leur encore deux jours du sud.
Force-les à la plénitude et chasse
les dernières douceurs dans le vin lourd.
Qui maintenant n’a point de maison, n’en bâtira plus,
qui maintenant est seul, le restera longtemps.
Il veillera; lira, écrira de longues lettres
et inquiet, fera les cent pas dans les allées
quand les feuilles tournent en rond


*



Marcel PROUST (1871-1922)
écrivain français, dont l'œuvre principale est une suite romanesque intitulée
"À la recherche du temps perdu"
publiée de 1913 à 1927.

Cette œuvre est une réflexion sur la littérature, sur la mémoire et sur le temps. 
*
Illiers-Combray : Place du Calvaire
sur pignon d'une maison particulière
Cette fresque représente un paysage de plaine avec l'effigie de Marcel Proust. Le cadran a disparu, reste la fresque
* "À l'ombre des jeunes filles en fleurs" est le deuxième tome de "À la recherche du temps perdu" publié en 1919

"Et, comme la durée moyenne de la vie — la longévité relative — est beaucoup plus grande pour les souvenirs des sensations poétiques que pour ceux des souffrances du cœur, depuis si longtemps que se sont évanouis les chagrins que j’avais alors à cause de Gilberte, il leur a survécu le plaisir que j’éprouve, chaque fois que je veux lire, en une sorte de cadran solaire, les minutes qu’il y a entre midi un quart et une heure, au mois de mai, à me revoir causant ainsi avec Mme Swann, sous son ombrelle, comme sous le reflet d’un berceau de glycines."


"Albertine disparue", originellement titré La Fugitive, est le sixième tome de "À la recherche du temps perdu" paru en 1925 à titre posthume

au Chapitre III : Séjour à Venise
"Je ne pouvais apercevoir que lui tant que j'étais couché, mais comme le monde n'est qu'un vaste cadran solaire où un seul segment ensoleillé nous permet de voir l'heure qu'il est, dès le premier matin je pensai aux boutiques de Combray sur la place de l'Église, qui, le dimanche, étaient sur le point de fermer quand j'arrivais à la messe, tandis que la paille du marché sentait fort sous le soleil déjà chaud."
*