haut de page
HORLOGES À FEU

Pour remplacer les sabliers qui devaient être souvent retournés, des horloges à feu furent utilisées : le principe reposait sur la combustion d'une bougie ou d'une certaine quantité d'huile contenue dans un récipient.
Elles peuvent servir de réveil-matin si on fixe un fil muni de poids à un endroit précis. Dès que la combustion atteint ce fil, le poids tombe dans un réceptacle métallique qui tinte comme une cloche.
Les premières horloges à feu furent introduites en Europe par Béde le Vénérable vers l'an 700. Il eut l'idée de graduer un cierge qui permettait de mesurer le temps avec une certaine exactitude. On pouvait ainsi connaître les heure nocturnes, ce qui était très important pour les congrégations religieuses afin de respecter les horaires des prières.


HORLOGES À BOUGIE

Alfred le Grand, au IXème siècle, se servait d'horloges à bougie pour connaître les heures de ses prières la nuit.
Une bougie était graduée sur le côté en heures d'égales longueurs. Au fur et à mesure que la bougie brûlait, on pouvait voir combien de temps s'était écoulé.
La précision dépend de l'épaisseur des traits, de la finesse et régularité de la forme de la bougie, de la cire, des courants d'air....


"Brûler la chandelle par les deux bouts"

seul mode d'éclairage dont on disposait, les chandelles étaient en général fabriquées en suif, ou en cire pour les plus luxueuses. Elles étaient très coûteuses pour les maisons modestes. Il fallait donc n'utiliser ces "bâtons de lumière" que quand c'était vraiment nécessaire et avec parcimonie, et penser à les souffler dès qu'il n'y en avait plus besoin.
L'expression "brûler la chandelle par les deux bouts" apparut au XVIème siècle et signifiait "gaspiller des choses qui ont de la valeur".

"Le jeu n'en vaut pas la chandelle"

Cette expression date aussi du XVIème siècle. Ceux qui s'adonnaient aux jeux (cartes, dés...), donnant lieu à des enjeux, devaient s'éclairer à la chandelle, considérée comme un objet de luxe. Il était d'ailleurs d'usage, dans les endroits modestes, que les participants laissent quelque argent en partant pour dédommager du coût de cet éclairage. Et lorsque les gains étaient faibles, ils ne couvraient même pas le prix de la chandelle, d'où l'expression : "le jeu n'en vaut pas la chandelle".

"Vente à la bougie"

La "vente à la bougie" aussi appelée "vente à la chandelle" est une forme d'adjudication qui consiste à enchérir tant que deux bougies sont allumées. Les enchères cessent dès que les deux chandelles s'éteignent.


Musée du Temps - Furtwangen (DE)
Musée du Temps - Cluses (73)

la bougie en train de se consumer
évoque la fuite fuite du temps

LAMPES HORAIRES À HUILE

Une lampe à huile est constituée d’un petit boitier en étain qui contient la mèche. Elle est reliée à une fiole en verre servant de réservoir. Le niveau d’huile dans la fiole indique les heures graduées sur le réservoir.


Musée de l'Horlogerie - Le Locle (CH)
HORLOGES À ENCENS

Les horloges à encens sont utilisées en Chine du VIème siècle avant JC jusqu'au XVIIème siècle . L'encens brûle à une vitesse fixe.
La partie creuse d'un objet en laque à la forme de Dragon reçoit un bâton d'encens qui se consume lentement et brûle un fil de soie ; ce fil est relié à une boule qui tombe dans un récipient métallique. Le bruit marque ainsi l’écoulement d’une certaine durée.

.

Musée du temps - Bâle (CH)