haut de page
Astronomie & Astrologie


Almanach médical, 1399. Zignes du zodiaque.
Le doigt de l'homme sert de mise en garde contre les forces puissantes des étoiles.

"Astronomie-astrologie : un ciel pour deux", tel est le titre d'un article de Philippe Testard-Vaillant, paru dans "Les cahiers de Science & Vie" (n° 129 - mai 2012). Il résume en une formule les relations entre ces deux entités.
Dans l'Antiquité, en Mésopotamie, en Inde et en Chine, astronomie et astrologie se confondaient. Des preuves tangibles sont apportées par la découverte, en Mésopotamie, de tablettes d'argile de plus de 4500 ans, sur lesquelles sont consignées les éclipses de soleil et de lune, le passage de comètes, les mouvements des planètes, ...
Les astronomes sont au service des souverains à qui ils "prédisent l'avenir". On rapporte qu'en Chine, en -2137, une éclipse non annoncée fut source de panique dans la population. Les astronomes de l'empereur furent décapités faute d'avoir prévu le phénomène.
L'astronomie a pour fonction, entre autres, d'établir des horoscopes. Cette complicité entre astronomie et astrologie va perdurer jusqu'à la fin de la Renaissance.
L'âge d'or de l'astrologie est le XVIème siècle avec notamment Nostradamus (Michel de Nostredame, dit Nostradamus, né le 14 décembre 1503 à Saint-Rémy-de-Provence et mort le 2 juillet 1566 à Salon-de-Provence) dont les prédictions nous "sont resservies" régulièrement.
Le coup de grâce est porté par Colbert en 1666. Il crée alors l'Académie des Sciences en y excluant l'astrologie, puis une ordonance royale prise en 1682 chasse les astrologues du royaume.

L'astrologie est définie "comme un art divinatoire fondé sur l'observation des astres, qui cherche à déterminer leur influence présumée sur les événements terrestres, sur la destinée humaine". ( © Le Petit Robert)
Si les Anciens ne distinguaient pas l'astrologie de l'astronomie, les astronomes grecs de l'Antiquité, même s'ils ne l'affirmaient pas explicitement, faisaient clairement la différence. Ptolémée traite d'astronomie et d'astrologie dans deux ouvrages distincts, respectivement l'Almageste et le Tetrabiblos. L'astrologie s'est toujours nourrie des découvertes de l'astronomie. En effet, l'astrologie se fonde sur des calculs astronomiques pour établir les thèmes astraux, et souhaite utiliser les éphémérides les plus précises possible pour déterminer les positions des corps célestes. En outre, avant la diffusion à grande échelle de ces éphémérides (ou des logiciels qui les incluent), l'astrologue devait lui-même, et souvent à l'œil nu, déterminer les positions des astres. Il fallait donc nécessairement être aussi astronome avant de prétendre être astrologue. (© Wikipédia)




Plus de mille ans avant notre ère, les Mésopotamiens définissent le zodiaque puis le premier horoscope apparaît à Babylone vers -400. Le terme horoscope signifie en grec "qui considère le moment de la naissance". Par extension, l'horoscope désigne la carte du ciel telle qu'elle est observée de la Terre lors d'un évènement et particulièrement lors d'une naissance et l'ensemble des déductions et interprétations concernant l'avenir de quelqu'un que l'on peut déduire de cette carte du ciel.
L'astrolabe est "le symbole et l'outil des astrologues, comme on le voit très souvent dans l'iconographie médiévale. car quel meilleur instrument que l'astrolabe pouvait servir à calculer en fonction de l'heure et de la date, le signe zodiacal, l'ascendant ou la position du Soleil dans les maisons célestes ? " (© Denis Savoie)


Controverse

Parmi les premiers à exprimer des doutes sur l'horoscope, le philosophe grec Carnéade (-215/-129) demande aux astrologues de justifier le fait que des jumeaux présentant le même horoscope ont des destins différents et que des soldats ayant des horoscopes différents connaissent le même destin !
Fin XVème et début du XVIème siècle, Pic de la Mirandole puis Rabelais expriment les plus grandes réserves sur l'astrologie.
Dans la préface de ses Tables Rudolphines, Kepler fait observer que l’astrologie, toute folle qu’elle est, est la fille d’une mère sage, et que la fille folle est indispensable pour soutenir et faire vivre sa mère. Ce commentaire sera interprété par Voltaire, dans son Traité sur la tolérance (1767), de manière restrictive : « La superstition est à la religion ce que l’astrologie est à l’astronomie, la fille très folle d’une mère très sage ». La citation de Kepler a été souvent reprise de manière erronnée, et l'est encore aujourd'hui pour soutenir la thèse que les grands esprits de la Renaissance comme Galilée, Cassini ou Kepler n'étaient astrologues que par contrainte, pour avoir les moyens de s'adonner à la véritable science qu'est l'astronomie.



Zodiaque et Maisons célestes sur les cadrans solaires

Sur certains cadrans solaires, on retrouve les représentations des signes du zodiaque, plus rarement sont indiquées les maisons célestes. Le cadran à réflexion du Père Bonfa réalisé en 1673 au Lycée Stendhal de Grenoble indique les maisons célestes.



Bibliographie

(1) Les Cahiers de Science & Vie : "Astronomie : Quand l'homme invente l'Univers" - n° 129 mai 2012
(2) "Les instruments de l'astronomie ancienne de l'Antiquité à la Renaissance" - Philippe Dutartre - Vuibert - 2006
(3) Wikipédia