haut de page
Cadrans solaires d'ISTANBUL
TOPKAPI PALACE

Le palais de Topkapi (en turc Topkapi Sarayi) est un palais d'Istanbul. Il domine la Corne d'Or, le Bosphore et la mer de Marmara. Il s'étend sur 70 ha, et est entouré de cinq km de remparts. C'est le site le plus visité d'Istanbul. Il a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1985.

Sa construction a été ordonnée par le sultan Mehmet le Conquérant (1432-1481) en 1459. De 1465 à 1853, il est la résidence officielle du sultan ottoman. Le palais est construit sur l’emplacement de l’acropole de l’antique Byzance. Il fut agrandi et modifié au fil du temps, notamment sous le règne de Soliman le Magnifique (1495-1566) avec le concours de l'architecte Mimar Sinan (1490-1588).


Istanbul : Topkapi Palace
[41°00'48" N 28°59'05" E]
Table gnomonique horizontale, 30 x 30 cm, en marbre, située dans la 3ème cour, sur un piédestal à section carrée.
Elle est protégée par une cage en plexiglass.
Orientée nord-sud, elle possède 2 styles et comporte 2 cadrans différents.
Créée par Suleyman Bey, Secrétaire au Trésor du sultan Mehmet II vers 1480.

Le style du cadran extérieur est constitué par un fil tendu obliquement et aboutissant au sommet d'une colonnette métallique constituée de sept anneaux superposés. Ce fil fait un angle de 41° (latitude d'Istanbul) avec la table. Il donne les heures solaires. Les lignes horaires se limitent à de courts segments sur le bandeau périphérique. Les graduations sont en chiffres hindous (arabe). Les graduations sont de quarts en quarts.
Le cadran central avec un petit style droit, est limité par les courbes des solstices et il indique :
- les heures babyloniques (en rouge)
- les heures italiques (rn bleu)
- l'heure de la prière de l'ASR (en violet)
Le trou figurant sur la table n'est pas à priori la base d'un 3ème style mais un trou d'évacuation d'eau.


Ce cadran a fait l'objet d'une réplique réalisée par Roger Bailey, installée à Saint-Louis dans le Missouri (USA).

Entre les deux hyperboles des solstices, on a les tracés des lignes horaires italiques et babyloniques relatives au style droit. 


Sur les côtés, on trouve une table numérique et des inscriptions en arabe.


fig. 1
Istanbul : Topkapi Palace, parc du Musée
Scaphé hémisphérique antique, taillé dans un bloc parallélépipédique
style absent
réseau de lignes horaires découpées en six divisions par des lignes plus minces

A propos de ce cadran, Jérôme Bonnin apporte les précisions suivantes : " La pierre d'origine est bien romaine (apparemment, car la forme est celle d'un cadran sphérique simple, tronquée en bas). Par contre le réseau de ligne n'est pas romain. Aucun ne présente ce type de lignes horaires (cf. fig.1). Il est très intéressant car il présente apparemment une numérotation en chiffres arabes (5, 6 ?). C'est typiquement ottoman. Je pense qu'il s'agissait à l'origine d'un cadran romain (peut-être hémisphérique car il y a une trace d'érosion horizontale à l'intérieur qui ne s'explique pas), devenu inutilisable et ensuite retaillé à l'époque ottomane. En aucun cas il n'a été taillé à l'envers ! (comme l'indique RJ Rohr). Le dispositif pour le gnomon a laissé des traces sur la partie supérieure. Il s'agit d'un cadran très intéressant."