haut de page
TABLE GNOMONIQUE DE SAINT-MARS-SOUS-BALLON (72) *

* * *
Eglise Saint-Médard de Saint-Mars-sous-Ballon (72)
[ * 48°10'21.77" N 00°14'45.41" E ] [inv. SAF : 7230101-1]

La remarquable église de Saint-Mars-sous-Ballon est dédiée à Saint Médard. L'église actuelle est celle d'un ancien prieuré de Bénédictins fondé vers 1093/1095, sous la dépendance de l'Abbaye de la Couture du Mans. Elle fut reconstruite au XIIIème siècle. (1) Saint Mards est une évolution du nom de Saint Médard, qui donnera le nom de Saint-Mars-sous-Ballon. A noter que depuis le 01/01/2016, les communes de Ballon et Saint-Mars-sous-Ballon sont regroupées au sein de la commune nouvelle Ballon-Saint Mars.

*

C’est en 1945 que l’abbé Lhuissier fit encastrer dans le mur Nord  de l'église cette table gnomonique ancienne datant de 1699 afin d’en assurer la conservation.

Cette table horizontale carrée devait être posée sur une petite colonne dans les jardins du presbytère attenant à l’église.

Elle est faite d'ardoise fine de 52 cm sur 45 cm environ, plus petit en largeur qu'à son origine ; étant cassée dans sa partie gauche elle a dû être retaillée, avant sa mise en place dans ce mur.

Elle comporte 5 cadrans solaires et au centre, un convertisseur lunaire en partie disparu.
La couleur rouge qui remplit les gravures n'est pas d'origine. Elle a été ajoutée au moment de la mise en protection de la table.

*

Cette table a bien été conçue pour St-Mars-sous-Ballon, ce qui est confirmé par l'étude de  Michel Ugon. Il s'est livré à sa reconstitution et a recalculé tous les tracés pour la latitude de Saint-Mars.

Paul Deciron a fait une première description de cette table de cadrans solaires en 1987.
logo videoJT France 3 Maine - 26/04/2016
doigt Article "L'Astronomie" [n° 94/Mai 2016]

Si vous passez en Sarthe, ne manquez pas de visiter cette superbe église de Saint-Mars-sous-Ballon où vous pourrez aussi admirer ses sculptures dont un ensemble en terre cuite polychrome représentant «La Dormition de la Vierge».

*

*
Mairie de Saint-Mars-sous-Ballon (72)
Afin de valoriser cet élément patrimonial, le conseil municipal de Ballon-Saint Mars a décidé d'en réaliser une réplique fonctionnelle
*
Cette copie est remisée au secrétariat de mairie (ancien presbytère) de Saint-Mars-sous-Ballon. Montée sur une table roulante, elle peut être exposée au Soleil afin d'observer le fonctionnement de ses différentes composantes.

*
*
Cadran solaire classé  "Monument historique" au titre « objet »
*  © 3

* « 'abbé Valiquet ... Tels sont les
véritables bienfaiteurs de l'humanité,
ils agissent plus qu'ils ne parlent»

Abbé Aubry - 1853
La première inscrition parfaitement lisible qui saute aux yeux est :
ANDREAS VALIQVET FECIT
1699

La date de 1699 ne fait pas de doute.

Le nom d'Andreas Valiquet pose problème. En effet, on peut penser que ce nom est la signature de l'auteur, comme c'est souvent le cas sur les cadrans de l'époque, aussi penchons-nous un instant sur ce personnage et sur l'utilisation du terme « fecit ».

*

André Valiquet a été ordonné prêtre à l'étranger et vint immédiatement à Saint Mards où il fût vicaire et instituteur de 1648 à 1700. Il y fût enterré vers Noël 1700.
La table a été fixée dans le mur de façon que son nom soit dans le bon sens. Si l';on suppose qu'il est l'auteur d'une telle oeuvre, il aurait eu de solides connaissances gnomoniques, ce qui n'est pas prouvé, et il est également très surprenant que l'on ne trouve aucune autre table similaire portant son nom, celle de Saint-Mars ayant été réalisée alors qu'il avait 75 ans, c'est à dire juste un an avant sa mort.
Par ailleurs, nous pouvons traduire la citation« ANDREAS VALIQVET FECIT, 1699 » par « Andréas Valiquet a fait faire, 1699 » car il y a d'autre cas d'utilisation du terme « Fecit » dans ce sens.
Ces considérations militent en faveur d'une autre hypothèse qui nous paraît plus vraisemblable :
Etant vicaire de cette paroisse depuis 50 ans, enfant du pays et sans doute familier des notions d'astronomie, il s'agirait plutôt d'une oeuvre réalisée à sa demande pour son jubilé. Dans ce cas, la table aurait tout simplement été conçue par un gnomoniste de cette époque, ce qui était relativement répandu.
Peut-être s'agit-il d'un ecclésiastique érudit appartenant à son ordre ?


* *
Cadran "reconstitué" par Michel Ugon
Pour décrire ce cadran, nous l'imaginons  positionné correctement, c'est-à-dire placé à l'horizontale et orienté de telle sorte que le style pointe vers le Nord céleste. Ainsi un observateur positionné du côté Nord et faisant face au Soleil peut lire les "titres" des cadrans et les heures dans le bon sens !
Table gnomonique présentant 5 tracés et un convertisseur lunaire

C1 - Cadran horizontal, heures solaires
C2 - Heures italiques et babyloniques
C3 - Azimuts et almicantarats et petit cadran horizontal
C4 - Heures antiques
C5 - Arcs des signes
CL- Convertisseur lunaire [Compléments cadrans lunaires]

*

Devise

Trois phrases latines (T1, T2, T3) sont inscrites à la périphérie de la table et constituent une longue devise philosophique et morale évoquant la fuite du temps et la fuite de la vie :
T1 :
*
"Tempora labuntur tacitisque senescimus annis Et fugiunt fraeno non remorante dies"
qui a pour sens
"Le temps s’écoule et nous vieillissons au fil de muettes années. Nos jours s’enfuient que nul frein n’arrête"
[Origine: Ovide, Les Fastes, Livre VI, vers 773]
T2 :
*
"Stat sua cuique dies breve & irreparabile tempus  Omnibus est vitae
 qui signifie
"Les jours de chacun sont comptés et, pour tous, le temps de la vie est bref et irréparable
 [Origine : Virgile, Enéide, Livre X, vers 560]
T3 :
*
"Labitur occulte fallitque volubilis aetas  Nec bona tam sequitur quam prima fuit"
qui peut se traduire par
 « La vie décevante s’écoule discrètement et l’âge présent ne vaut pas le temps jadis
 [Origine: Ovide, la première partie provient de Amours, Livre I, Epigramma ipsius VIII, vers 49 et la seconde de L’Art d’aimer, Livre III, vers 59.].
On peut penser qu’il existait aussi un texte sur le côté amputé.
On est surpris de ne pas trouver en ornement des symboles religieux comme, par exemple, le monogramme IHS sur un cadran destiné à un homme d'église, à moins que ce type d'élément ait été gravé sur la partie centrale manquante.

C1 : Cadran central horizontal

* Au centre, un cadran horizontal
Dimensions : diamètre = 210 mm
style en forme d'aileron :
hypoténuse = 177 mm base = 79 mm

Les heures sont marquées en chiffres romains :
de 4 heures du matin à 8 heures du soir (20 h).

La partie évidée devait recevoir un disque convertisseur lunaire qui permettait de connaître l'heure solaire correspondant à l'ombregénérée au clair de Lune.
*

C2 - "Heures babyloniques, heures italiques"

*
Double cadran donnant les heures italiques et babyloniques.
Dimensions : hauteur = 127mm, largeur = 169 mm
La hauteur du style droit devait être de 15 mm
On remarque que le style (droit) a disparu. La reconstitution de cet élément par Michel Ugon (à droite) gomme les défectuosités.
Ce cadran indique la durée des jours (à droite) et la durée des nuits (à gauche). Ces deux valeurs sont marquées de part et d'autre des lignes extrêmes qui sont presque verticales.
La durée des nuits étant donnée par I - B, celle des jours par 24 - (I - B) avec I désignant l'heure italique et B l'heure babylonique.
Tracés en pointillés, on observe des arcs d'hyperboles passant par les points d'intersection des lignes babyloniques et italiques. Ils permettent de connaître les heures du lever et du coucher du Soleil.
*

C3 - "Almucantaraths, Azimuths"

* *
Le cadran principal indique la hauteur et l'azimut du Soleil
Dimensions : hauteur = 118mm, largeur = 168 mm
La hauteur du style droit devait être de 15 mm
*

Les hauteurs ou « Almucantaraths » sont les angles que fait le soleil au dessus de l'horizon. Ils sont repérés par 9 cercles concentriques gradués de 10° à 50° tous les 10°.
Les « Azimuths» donnent la direction du Soleil entre le plan méridien du lieu et le plan vertical passant par l'astre. Ils sont comptés de 20° à +90° tous les 10° de part et d'autre du méridien.
Un petit cadran secondaire se trouve au dessous. Il est une forme simplifiée du cadran horizontal central. Il devait servir à orienter correctement l'ensemble en tournant la table gnomonique de telle sorte que ces deux cadrans semblables donnent la même heure.

C4 - "Heures antiques, judaïques"

* *
La partie manquante a été reconstituée par Michel Ugon (à droite)
Dimensions : hauteur = 117mm, largeur = 168 mm
La hauteur du style droit devait être de 14,5 mm
Ce cadran donne les heures antiques judaïques, ou heures temporaires. L'heure temporaire est la douzième partie de la journée, c'est-à-dire entre le lever et le coucher du soleil. C'est pourquoi la longueur de ces heures varie chaque jour.

C5 - "Arcs des signes"

* * Dimensions : hauteur = 128mm, largeur « reconstituée » = 163 mm
La hauteur du style droit devait être de 13,4 mm
Ce cadran a une fonction de calendrier. Il donne la date : l'intersection de l'ombre du style droit avec l’un des sept arcs diurnes classiques, donne le signe du zodiaque. Ces signes sont représentés aux extrémités des arcs.
Le tracé des hyperboles est relativement grossier, il a été réalisé par une succession de segments de droite.

CL - Convertisseur lunaire

*
La partie centrale est évidée de quelques millimètres pour recevoir un disque mobile permettant de positionner le style en fonction du jour de la lunaison depuis la nouvelle lune et de connaître ainsi l'heure de nuit.

Le convertisseur est constitué :
-  d'une couronne externe fixe, graduée de 1 à 29,5
- d'une couronne interne mobile divisée en 2 x 12 heures : 12 heures du matin et 12 heures du soir (cette partie a disparu)

Le temps qu'il faut à la lune pour reprendre la même position dans le ciel terrestre par rapport au Soleil, appelé période synodique de la Lune (période entre deux nouvelles lunes) est de 29,53 jours. Ainsi la Lune franchit le méridien en moyenne 48,8 minutes plus tôt chaque jour. Cette valeur ne constitue qu'une moyenne à cause de l'excentricité des orbites lunaire et terrestre.
Pour simplifier, on retient souvent un cycle de 30 jours sur les cadrans lunaires, ainsi le "décalage moyen" est de 24h/30 = 48mn.

Heure vraie = J*48 min + Hl
avec J = âge de la lune et Hl = heure lue avec l'ombre de la lune

Exemples :
- au 10ème jour de la lunaison, lorsque le cadran marque 20 heures (VIII), il est 4 heures :
10* 48 min + 20 h = 8 h +20 h = 4 h
- au 19ème jour de la lunaison,  lorsque le cadran marque 8 heures (VIII), il est 11 heures ¼ (23 h ¼ )
19 * 48 min + 8 h =  912 min + 8h = 15 h 12 + 8h  = 23 h 12 min
[Compléments cadrans lunaires]


* *
pour une meilleure compréhension, on a donné une graduation des heures de 1 à 24 (chiffres arabes en rouge)

On fait tourner le disque central mobile de telle sorte que l'heure lue sur le cadran coïncide avec la Nouvelle Lune (repère rouge sur les schémas), on lit directement l'heure solaire H en face de l'âge de la Lune. Les exemples ci-dessus montrent la position des couronnes pour une lecture nocturne de :
- VIII heures au 19ème jour de la lunaison, en face de la graduation 19 on lit 23 heures 1/4 (repère bleu)
- 20 heures au 10ème jour de la lunaison, en face de la graduation 10 on lit 4 heures (repère vert)

Qui a inspiré l'auteur de ce cadran ?

* L'auteur de cette table gnomonique s'est sans doute inspiiré de l'ouvrage "Traité d'horlogiographie contenant plusieurs manières de construire toutes sortes de lignes horaires et autres cercles de la sphère" de Dom Pierre de Sainte-Marie-Magdeleine édité en 1641.
Cet ouvrage connaît un grand succès au cours de la seconde moitié du XVIIème siècle. Il est réédité à maintes reprises.
Les vues présentées sont extraites de la réédition 1674.


*
*
* *

*
Extraits du Bulletin paroissial
 de Saint-Mars-sous-Ballon
n° 8 - octobre 1945


*

La commune a donné le nom Andréas Valiquet a une rue dans un lotissement du quartier de Moulins


Article Maine Libre - 29/04/2016

Article Maine Libre - 06/05/2016

Article Ouest France - 07/05/2016

Références

1 - Brochure mairie

- Extrait de la brochure "Saint-Mars-sous-Ballon", réalisée dans le cadre du Contrat Régional de Développement des Portes du Maine - 1995

2 - Michel Ugon 

- "La Table de Saint Mars-sous-Ballon" - Cadran Infos n° 21 mai 2010

3 - Paul Deciron

- "Cadran solaire en l’église de St-Mars-sous-Ballon" in Sciences et Arts n° 627 – 1987
- "Cadrans solaires de la Sarthe" - Association pour la mise en valeur du Petit  Patrimoine Sarthois - 1996

4 - Abbé Aubry 

- "Ballon, Saint Mards & Saint-Ouen ou Histoire religieuse de ces trois paroisses" - 1833