haut de page
Cadrans solaires de PARIS 14 - Observatoire
Recherche de cadrans (75)

Broussais (rue) 28, rue Broussais
Florimont (impasse) impasse Florimont
Montsouris (square) 28, square Montsouris
Observatoire 61, avenue de l'Observatoire

 


Rue Broussais

Paris 14 : Rue Broussais, n° 28
sur pignon sud de l'immeuble
[inv. SAF : 7501406-1]
grand cadran moderne, méridional
courbes en 8, arcs des solstices, équinoxiale

Impasse Florimont

Paris 14 : Impasse Florimont
[inv. SAF : *]
cadran circulaire de série
Source

Square Montsouris
Paris 14 : Square Montsouris, n° 28
[inv. SAF : 7501403-1]
cadran déclinant de l'après-midi

réalisé par le propriétaire, M. Petit en 1900

La devise d'origine : "Dies nostri sicut umbra" "Nos jours (fuient) comme l'ombre" a disparu

Observatoire


Paris : Observatoire de PARIS
61, avenue de l'Observatoire
grande salle du 2ème étage
[ 48°50' N - 2°20'16" E ]
[inv. SAF : 7501404-1]
méridienne d'intérieur au sol
formée de 32 règles de laiton, inscriptions
figures du zodiaque, œilleton absent.
Caractéristiques : longueur : 31,73 m - hauteur du gnomon : 9,94 m

Le méridien de Paris est défini le 21 juin 1667, jour du solstice d'été, par les mathématiciens de l'Académie. Sur le sol, on trace le méridien et les directions nécessaires à l’implantation exacte du futur observatoire de Paris. Le méridien origine pour la France était défini.
Jean-Dominique Cassini décide, en 1680, de tracer, dans la grande salle du deuxième étage de l'Observatoire, une méridienne semblable à celle qu'il a réalisée à San Petronio à Bologne. C'est la première grande méridienne française. Elle définit ce que l'on appelait "le méridien zéro". J.D. Cassini se servira de cette méridienne pour déterminer l'obliquité de l'écliptiqe.
Son fils Jacques Cassini (dit Cassini II) trace au premier étage une petite méridienne, quasiment disparue. Il reprend à partir de 1729 la méridienne de son père. Il la garnit de 32 règles en laiton et de 12 plaques de marbre où sont matérialisés les signes du zodiaque.

*

* *

Paris 14 :
Observatoire de Paris, bibliothèque
2 astrolabes présentés à Marseille au MuCEM en 2015
(musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée)
* *