haut de page
*
Montagnieu (38)
La composition gnomonique du père Kart
© Paul Gagnaire

*
Montagnieu : à Montagnieu-le-Bas - jeu de boules
ancien jardin de la cure
[ 45°31'26" N - 5°25'50" E ]
[inv. SAF : 38246001-01]
composition gnomonique comprenant 10 cadrans divers et une table d'orientation.
* *
[inv. SAF : 38246001-02]
cadran restauré en 2017
doigt Compléments [Articles de presse]

doigt Galerie photos (photos Claude Garino)

Le cadran solaire installé sur une colonne porteuse, dans le jeu de boules, qui fut l'ancien jardin du presbytère de Montagnieu, a été construit par Monsieur l'Abbé Bernard Kart (1875-1950), curé de Montagnieu, aidé par Monsieur Joseph Chevallier dont les souvenirs nous ont été précieux pour établir cette note de présentation.
De la première page de calcul jusqu'à l'inauguration, on dit que huit mois de travail assidu ont été nécessaires pour venir à bout de l'oeuvre entreprise, mais le résultat est à la mesure des efforts déployés.
Ce cadran est, tout ensemble, un instrument géographique et gnomonique. Il comporte :
a) 8 cadrans solaires verticaux
b) 1 cadran solaire horizontal
c) 1 cadran équatorial, double face
d) 1 cadran polaire
e) 1 cadran solaire équatorial universel, équipé d'une alidade à lentille
f) 1 table d'orientation indiquant l'azimut et la distance de 153 villes ou lieux du monde entier. (voir annexe : fichier PDF)

Pour sa part, le cadran à alidade porte, gravés sur son plateau de cuivre, les noms de 151 capitales d'Etats et les noms d'une centaine d'Etats dont 85 seulement restent identifiables sans hésitation; les autres sont très effacés.

* *
Alidade


Les trois cadrans: b), c), d), sont solidaires et basculent autour d'un axe horizontal; ce mouvement révèle l'envers du cadran polaire qui est un horizontal. A la différence des autres organes du cadran qui sont en cuivre, la plaquette de l'horizontal réversible en polaire est en zinc.
Dans la longue signature tracée autour du gond central de la table d'orientation, le père Kart fait hommage de la conception d'un tel cadran composite, au R.P. Mermet, de l'Ordre des Frères Prêcheurs (Dominicains), natif d'Oyeu, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Montagnieu, près du lac de Paladru; mais il n'empêche que Monsieur l'Abbé Kart a droit à toute notre admiration pour sa science, sa patience, sa rigueur et l'abondance extraordinaire des informations présentées, qui font de ce cadran de village, un instrument de très grande classe. Beaucoup de cadrans plus célèbres pâtiraient de la comparaison avec celui-ci.

* *
  La signature du Père Kart
et la signature du Soleil

LE CADRAN A ALIDADE **

Ce cadran se compose des trois organes suivants :
- un cercle fixe gradué en heures, de 5 en 5 minutes, avec les quarts d'heure et les demi-heures marqués par un trait plus long. Les heures rondes sont numérotées de 0 / XXIV à 0 / XXIV avec 0 / XXIV en haut donc du côté Sud et XII en bas donc du côté Nord.
- un disque mobile tournant librement autour de son centre. Ce disque est percé de 4 gros trous et de deux fois 2 petits trous dont l'utilité nous échappe. Il est également fendu 8 fois, radialement, sur les 2/3 de la longueur du rayon.
- le système de poursuite, fixé sur le disque mobile, se compose d'une alidade à trois branches. (figure ci-contre).

Dans le haut de la branche "2a" est enchâssée une lentille qui focalise l'image du Soleil, sous forme d'une petite tache lumineuse, sur la branche "2b" où est gravée la courbe en 8, représentative de l'équation du temps.
La branche "2c" porte un index et trois traits-repères, au bord du cercle fixe.
L'index est marqué "H.E" soit : heure d'été.
Les traits-repères sont marqués, respectivement : "M", "P", "G" soit : Montagnieu, Paris, Greenwich.
Si l'on amène "M" sur XVIII, par exemple, "P" se place sur XVII h.48, "G" se place sur XVII h.38 et "H.E" sur XVIII h.38, ce qui corrrespond, très exactement, aux écarts que nous avons indiqués plus haut, entre ces trois villes. On note que "H.E" vaut G+1.
Donc, s'il est, pour démonstration, 18 h. à Montagnieu, il n'est que 17 h.48 à Paris et 17 h.38 à Greenwich, sans préjuger du type d'heure choisie, mais qui est le même dans les trois villes. Un écart en heure n'est pas autre chose qu'un écart en longitude.
Ces trois organes (cercle fixe, disque mobile, alidade) composent le plateau horaire. Il est établi dans le plan de l'équateur d'où son autre nom: "plateau équatorial".
*

Le diamètre du plateau est de 36 centimètres; ses pièces sont en cuivre.
Ce positionnement dans le plan de l'équateur céleste a pour conséquence de rendre égaux entre eux les angles qu'y forment les lignes horaires, comme sur n'importe quel cadran équatorial. Entre deux lignes d'heures rondes consécutives, l'angle est de 15°. Voilà pourquoi les graduations du cercle fixe sont égales entre elles. Par suite, si l'on considère deux points du disque mobile séparés par une certaine valeur angulaire, cette valeur sera manifestée, sur le cercle fixe, quelle que soit la rotation imposée au disque mobile.
Le disque mobile porte, gravées, deux familles d'inscriptions :
a) des noms de villes (capitales d'Etats) ou lieux du monde, disposés radialement.
b) des noms d'Etats, disposés circulairement, près du centre, en six lignes concentriques.


Manoeuvre de l'alidade

En faisant tourner le plateau équatorial, grâce à la branche "2c" de l'alidade (qui fait aussi fonction de poignée), on fait tourner l'alidade qui est solidaire du disque mobile et, ainsi, on poursuit le Soleil jusqu'à obtenir une petite tache de lumière sur la branche "2b".
Cette branche étant galbée en forme de calotte cylindrique et, peut-être même, sphérique, selon l'idée brevetée en 1860 par M. Fléchet, tous les points de sa surface sont équidistants de la lentille de la branche "2a"; on obtient donc un résultat très précis, quelle que soit la date de l'année et quelle que soit la position de la tache lumineuse par rapport à l'axe vertical "0".
*Si l'on fait tomber la tache solaire sur cet axe "0", on ne fait pas jouer la courbe en 8 de l'équation du temps et on saisit le temps vrai à Montagnieu :'index et les trois repères indiqueront des temps vrais; si on fait tomber le point lumineux sur la courbe en 8, en choisissant le bon côté, grâce aux initiales des mois, on saisit le temps moyen et les quatre lectures sur le cercle gradué procurent des temps moyens, à Montagnieu, à Paris, à Greenwich et à "Greenwich+1", c'est à dire l'heure légale française d'été.(en 1936).
Et comme la manoeuvre du disque mobile impose la même rotation à toutes les villes qui y sont inscrites, disposées selon leur écart en longitude, on pourra lire l'heure vraie locale ou l'heure moyenne locale de ces 151 capitales du monde.
Enfin, comme ce même disque comporte les noms (lisibles) de 85 Etats, disposés selon l'écart de leur heure légale avec l'heure de Greenwich, il suffira de corriger l'heure moyenne de leurs capitales, selon la législation, ainsi figurée, de l'Etat concerné pour obtenir l'heure légale de cette capitale et, ainsi, du pays tout entier....pour autant que les informations du père Kart, qui datent de 1936, soient toujours valables.
Si, de nos jours (1998), on veut manoeuvrer l'alidade dans un dessein utilitaire, voici les informations procurées :
1°) avec la tache lumineuse sur l'axe "0" :
"M"... = temps vrai local de Montagnieu
"P"... = temps vrai local à Paris
"G"... = temps vrai local à Greenwich
"H.E".= temps vrai local au méridien -20°25'50''
soit, par exemple, à Cracovie ou à Corfou
2°) avec la tache lumineuse sur le 8 :
"M"... = temps moyen à Montagnieu
"P"... = temps moyen à Paris
"G"... = temps moyen à Greenwich soit, majoré d'une heure, l'heure légale française d'hiver soit, majoré de deux heures, l'heure légale française d'été.
"H.E". = temps moyen au méridien -20°25'50''.


LES HUIT CADRANS VERTICAUX

Il s'agit de rectangles de cuivre ceinturant la colonne porteuse, juste en dessous de la table d'orientation; ils ne figurent pas sur la photographie de l'inauguration, en 1936, et ont donc été ajoutés postérieurement. Hauts de 30,5 centimètres et larges de 19,5 centimètres, ils font face, exactement, au Nord, au Sud, à l'Est, à l'Ouest, au Nord-Est, au Nord-Ouest, au Sud-Est, au Sud-Ouest. Tous les styles triangulaires qui les équipaient ont disparu.

* * * *
Cadran vertical EST Cadran vertical NORD Cadran vertical NORD-EST Cadran vertical NORD-OUEST

Ces huit cadrans procurent le temps vrai local diminué de 22 minutes, c'est à dire le temps vrai de Greenwich; ils portent également l'indication des levers et des couchers du Soleil, aux dates majeures de l'année, solstices et équinoxes, sur les faces où ces phénomènes peuvent apparaître.

* * * *
Cadran méridional (SUD) Cadran vertical SUD-EST Cadran vertical SUD-OUEST Cadran vertical OUEST

Comme ils sont dépourvus de leurs styles, il est difficile d'identifier l'heure sous-stylaire parmi les trous des rivets arrachés ou réduits à de tristes tronçons déchaussés, d'autant plus que sur certaines faces se voient des rectifications (rivets en surnombre).
Aussi, nous donnons cette heure sous-stylaire en temps vrai de Montagnieu, puis telle qu'elle devrait passer dans un éventail horaire décalé de 22 minutes pour être recalé sur le temps vrai de Greenwich, enfin, telle qu'elle nous paraît choisie. Nous avons privilégié l'information déduite des rivets en place au détriment de celle suggérée par des trous vides.
Enfin, nous avouons ne pas être certain de la signification des lignes horaires pointillées, sous les mentions "P" et "PPLP" annotant l'indication complémentaire du solstice ou de l'équinoxe concerné; la mention "PPLP" pourrait signifier: "Passage Par Le Plan", mais ce n'est là qu'une hypothèse.


LES CADRANS BASCULANTS

Tout comme pour les cadrans verticaux nous donnons ci-après, un tableau récapitulatif des caractéristiques de ces cadrans. Nous rappelons qu'ils sont solidaires et qu'en basculant, le cadran polaire révèle un cadran horizontal. Ils sont postérieurs à 1936.

* *
Basculant : horizontal Basculant : polaire
*

Les heures en pointillés simples sont donc celles des levers et des couchers aux deux solstices. Les pointillés doubles sont réservés aux heures des levers et des couchers aux équinoxes. Toutes ces heures sont données en temps vrai à Greenwich qui retarde de 22m. sur celui de Montagnieu. La graduation de l'équatorial d'hiver ne devrait aller que de: 5h.1/2 à 17h.1/2.


CONCLUSION

Maintenant, le lecteur peut mesurer, bien imparfaitement, sans doute, car nous ne sommes qu'un modeste amateur, très conscient des lacunes et des maladresses de cette présentation, la somme des connaissances mises en oeuvre par le père Kart dans son cadran.
Sa prouesse intellectuelle n'est, cependant, que peu de chose en comparaison de l'ingéniosité, de la persévérance et de la minutie que la réalisation a exigées, jour après jour.
A Montagnieu, on nous a dit que la gnomonique n'était qu'un mince chapitre du savoir encyclopédique de Monsieur le Curé: les mathématiques et l'astronomie, la physique et la mécanique, la zoologie, la botanique, la géologie en constituaient les fondements les plus solides, avec la musique et les belles-lettres.
Organiste de talent, le père Kart faisait oublier l'heure aux paroissiens qui s'attardaient à ses concerts ; constructeur d'automates, il avait composé, avec des personnages animés, une crèche de Noël dont la renommée attirait les visiteurs de tout le Dauphiné, parfois même par autocars spéciaux.
Ami des chats qu'il protégeait, des araignées qu'il élevait, acharné à enseigner à ses enfants de choeur le nom latin du moindre brin d'herbe ou du plus minuscule insecte, le père Kart avait une réputation d'original autant que de savant, mais tout le monde savait bien que de telles singularités sont toujours la signature d'un homme exceptionnel.
Au-delà, c'est encore la foi et la piété de leur Curé qui ont laissé les souvenirs les plus émus et les plus vivaces parmi les fidèles de Montagnieu.
Sans doute, le père Kart devait-il être quelque peu conservateur: il n'a pas raté Bolchevik et Iékatérinembourg, pas plus qu'il n'a débaptisé Saint-Pétersbourg et Nicolaïev, ou transformé Constantinople en Istamboul ! Mais l'on était en 1936.
A notre tour, délaissant un humour par trop facile, nous voudrions que nos derniers mots soient un hommage admiratif et respectueux au père Kart, pour son oeuvre ici-bas.