haut de page
**
Cadrans solaires de la Côte-d'Or (21)
Dijon
*

Recherche de cadrans par village (21)

* *

AHUY *

* *
Ahuy : Mairie
[inv. SAF : 2100301-1]

Réalisation : E. Vilaplana, 1991
Cadran presque occidental, sur 24 grands carreaux de céramique beige rosée.
Heures de I à VII. Le style est supporté par deux jambes d'appui.
Devise : "Fugit irreparabile tempus" "Le temps s'enfuit irréparablement",
tirée de Virgile (Géorgiques III / 284).

AUXONNE *

*  
Auxonne : Pavillon Royal des casernes
quartier Bonaparte
[inv. SAF : 2103801-2]
cadran peint, déclinant de l'après-midi, daté 1789
style avec disque perforé
Inscription : "Régiment de la Fère"

BARJON

* *
Barjon :Eglise Saint Frou ou Saint-Frodulphe
à gauche d'une ogive
[inv. SAF : 2104901-1]
ébauche de cadran circulaire, sur pierre
une ligne verticale chiffrée, style absent
*

BÈZE *

* *
Bèze : Eglise Sait-Rémy, au-dessus de la fenêtre de la chapelle
[ * 47°28'0 6.22" N 05°16'12.70" E ]
[inv. SAF : 2107101-1]
cadran peint, déclinant du matin
style avec jambe, terminé par un soleil perforé
Devise : "Veillez et priez car vous ne savez ni le jour ni l'heure"
*

BLAISY-BAS

* *
Blaisy-Bas : Eglise
[inv. SAF : * ]
cadran méridional, orienté, gravé sur bloc de pierre

CHAMBOLLE-MUSIGNY

* *
Chambolle-Musigny : Eglise Sainte-Barbe construite vers 1500
[inv. SAF : 2113301-1]
Cadran déclinant de l'après-midi, peint, daté MDCCCLV (1855)
A côté du cadran on trouve les deux monogrammes du Christ : IHS et de la Vierge : MA (lettres entrelacées)
Devise : " Le temps passe ... las, nous passons"
Source

CHENÔVE*

* *
Chenôve : 24, avenue Roland Carraz
[ * 47°17'51.56" N 05°01'0 8.10" E ]
[inv. SAF : 2116601-1]
cadran très déclinant du matin, lave émaillée, peint, lignes chiffrées, demies et quarts, équatoriale et arcs des solstices, style droit bouleté
réalisation Atelier Acacia
Devise : " Ô soleil de Bourgogne la vigne compte sur toi "

CORCELLES-LES-MONTS*

* *
Corcelles-les-Monts
Observatoire des Hautes Plates
[ 47°18' N 4°58' E ]
Sur le mur sud, double cadran réalisé en 1991
lignes en demi-courbes en 8, chiffres, demies,
Ces cadrans méridionaux donnent l'heure en temps universel.
en hiver et printemps : on utilise le cadran de gauche
[inv. SAF : 2119201-1]
en été et automne celui de droite
[inv. SAF : 2119201-1]
pour obtenir l'heure légale on ajoute :
- une heure en période "heures d'hiver"
- deux heures en période "heures d'été"
Conception : Pierre Causeret (photo ci-contre)
Devise : "Le temps scintille, le songe est savoir"
(Paul Valéry - Le cimetière marin)

[Compléments]
*
* *
Style avec oeilleton

*
Corcelles-les-Monts :
cadran fantaisiste
heures marquées dans un arc de cercle

LANTENAY*

* *
Lantenay : rue du Belvédère, ancienne cure
[ * 47°20'35.34" N 04°51'50.60" E ]
[inv. SAF : 2133901-1]
cadran en forme d'écu, scellé au mur, d'aspect méridional, gravé sur pierre, lignes chiffrées sur pourtour,  style linéaire rabattu, orné d'une arabesque et dans l'angle supérieur gauche, une étoile à cinq branches

* *
Lantenay : rue de la Cure
[ * 47°20'35.63" N 04°51'54.06" E ]
[inv. SAF : 21339**-**]
cadran de série

* *
*
Lantenay : Château (propriété privée)
 
[inv. SAF : 21339**-**]
Cadran méridional
Style issu du centre du soleil, lignes horaires et demies marquées par les rayons du soleil
Heures numérotées en U : VI - XII - VI
Il a servi de modèle pour une série de cadrans

LONGVIC *

* *

*
Longvic : Le clos des Carmélites
bloc encastré à 2 tracés,
1 - face S-O - cadran déclinant de l'après-midi, gravé et peint sur pierre, lignes ?, chiffres, style polaire, jambe
[inv. SAF :2135501-2 ]

2 -face S-E - cadran déclinant du matin, gravé et peint sur pierre, courtes lignes, chiffres, points pour demies, signature, style polaire, jambe, daté 1597.
[inv. SAF : 2135501-1 ]
* *

Le Clos des Carmélites
© Extraits de "Mémoires de longviciens" et "Revue municipale".Textes transmis par Daniel Sordet.

Autrefois la route de Dijon à Longvic était agréablement ombragée de gigantesques platanes ; elle constituait ainsi un délicieux but de promenade pour les Dijonnais.
Dès l'entrée du village, à quelques pas avant le pont de l'Ouche, s'amorce à l'est de la grande route, le chemin qui conduit à Sennecey : c'est la rue des Carmélites, et, à son extrémité, se trouve une propriété close de murs, connue dans le pays sous le nom de clos des Carmélites.
Le 9 juillet 1712, Revel mourut et fut enterré au « charmer » de l'église Saint-Jean à Dijon.
En 1714, existait sur le côté nord du chemin de Sennecey un vaste domaine, comprenant maison, granges, écuries, étables, jardin, verger, canal, vivier et colombier, ainsi qu'un certain nombre de terres labourables, tant au finage de Longvic qu'à ceux d'Ouges et de Barges. En 1634, un acte d'acquisition de ce domaine figure aux archives. Il s'agrandit et passa entre les mains de Gabriel Revel, élève de Lebrun, peintre du roi et de l'Académie Royale, qui acheta ce domaine en 1696. Quatre de ses tableaux sont au Musée de Dijon, un à Sainte-Anne et un à l'église d'Ouges.  
Le 25 janvier 1714, les Dames Religieuses Carmélites de Dijon devinrent les propriétaires du domaine pour 12 500 livres. Le sieur Jean Mougeot fut leur fermier rentier, lequel payait à la commune de Longvic un impôt variant de 40 à 45 livres.
Les Carmélites durent faire procéder au bornage de leurs biens en 1754, 1787 et 1791 pour éviter des procès avec les fermiers-rentiers des Chanoines de Saint-Bénigne et du chapitre de Saint-Jean, des bornes furent mises en place en présence d'un notaire royal, marquées à leurs armes, une croix supportée d'une étoile et accompagnée de deux autres étoiles aux côtés de la croix. Un certain nombre de ces bornes se voient encore dans les champs, entre Longvic et Perrigny. Le notaire venait chaque fois avec son greffier, le dimanche matin, après avoir fait sonner la cloche à l'issue de la messe paroissiale, pour lire le procès-verbal et s'expliquer au sujet des confins et bornes.
Le colombier n'existe plus, mais le vivier et son canal sont encore là, une vanne permettant de conserver l'eau du Suzon, dont l'embouchure est près de là. Quand il n'y avait pas d'eau dans l'Ouche, c'était par infiltrations que le Vivier était alimenté.
Le domaine des Carmélites fut vendu par l'État comme bien national le 30 avril 1791 au Directoire du District de Dijon. Le domaine de 130 journaux de terre et un enclos, affermé à Jean Sicardet, fut estimé à 26550 livres. Il fut vendu à Joseph Détourbet, de Dijon, pour 51 200 livres. Depuis cette époque, les terres furent partagées entre maints propriétaires.

  Cadran solaire
[voir cadran pierre tombale de G. Ocquîdam - musée archéologique de Dijon]

A l'angle sud-est de la maison d'habitation, dont une des pièces du rez-de-chaussée possède un joli plafond dit « à la française », se trouve un très curieux cadran solaire à deux faces perpendiculaires entre elles, et orientées de telle manière qu'on peut y lire les heures de 4 heures du matin à 8 heures du soir. Sur le bord supérieur de la face qui regarde l'Est, on lit le nom de G. Ocquîdam et, au-dessous, dans le champ même du cadran, la date de 1697. Ce nom est connu, c'est celui d'un chanoine de la chapelle aux Riches de Dijon, qui appartenait à une famille parlementaire de Bourgogne.
Il existe aussi une dalle de pierre de 1,02 mètre sur 0,92 mètre, sur laquelle est tracé un cadran solaire, couvrant toute sa surface avec au centre une tête de mort, et ces mots gravés : Sicfaciebat in mense Qctobris 1607 - Ce fut la pierre tombale de Quitte Ocquidam autour de laquelle fut gravée l'inscription suivante : « Cy gist Messire G.O. Phé(??) ; chanoine de la chapelle aux riches, portier et dépensier de la vénérable abbaye de Cénas depuis le mois de juillet 1605, lequel décéda le 10 septembre 1611. »
Cette pierre provient du cloître de Saint-Bénigne et 1697, date figurant sur le cadran solaire de Longvic, doit être la date de son entrée dans les murs de la maison d'habitation des Carmélites.

MÂLAIN*

* Mâlain : Château
[ 47°19'37.05"N 4°47'17.00"E ]
[inv. SAF : 21373**-*]
cadran analemmatique, conçu par Patrick Douteau
*
ancien blason des Mâlain (© Wikipédia)
*
*

PLOMBIÈRES-LÈS-DIJON

* *
Plombières-lès-Dijon : Eglise, contrefort du transept
[inv. SAF : 2148501-1]
cadran déclinant du matin, gravé sur pierre
lignes chiffrées dans bandeaux,
signature, style polaire, jambe, daté 1715.
Devise : " Sic labitvr atas" " Ainsi s'écoule la vie "
*

SAINT-SEINE-L'ABBAYE*

*  
Saint-Seine-l'Abbaye : mairie
[47°26'24.04" N 4°47'19.39" E]
[inv. SAF : 2157301-1]
Cadran en forme de coeur, gravé, peint, daté 1840
restauré en 1980
Devise : " Utere non numera "
" Profites-en, ne les compte pas "

SAULX-LE-DUC

* *
Saulx-le-Duc : rue Notre-Dame / rue Saulx-la-Ville
[ * 47°32'24.86" N 05°01'0 8.04" E ]
[inv. SAF : 21587**-**]
cadran de série

TALANT*

* *
Talant : Eglise, contrefort à gauche du porche d'entrée, prisme
[ * 47°20'0 7.44" N 05°00'12.03" E ]
face droite : cadran septentrional, gravé sur pierre, deux éventails de lignes
[inv. SAF : 2161701-1]
face gauche : cadran septentrional, déclinant du matin, gravé sur pierre,
[inv. SAF : 2161701-2]
Il s'agit d'une copie, l'original (ci-dessous) est dans les réserves de la Mairie de Talant
* *

* *
Talant : réserves de la mairie - bloc original de l'église
à droite : [inv. SAF : 2161701-1]
cadran septentrional, gravé sur pierre, encroûté, deux éventails de lignes, chiffres, style polaire.
à gauche : [inv. SAF : 2161701-2]
vestige de cadran septentrional, déclinant du matin, gravé sur pierre, ni lignes ni chiffres, reste la jambe du style.
* *

TURCEY

* *
Turcey : Château
cadran déclinant du matin
style tordu

* * *
* Turcey : (privé et remisé)
vu en exposition au Musée de la Vie Bourguignonne
rue Sainte-Anne
[inv. SAF : 2164801-1]

bloc polyédrique

pierre gravée et sculptée, dégradé
au moins 10 tracés, lignes chiffrées
styles formés par les arêtes en pierre.
*
****************